france   English
Actus du moment

Newsletter
S''inscrire Se désinscrire

Vidéos des 20 propositions
1. Faire de la fonction sociale de l’entreprise une priorité stratégique : inciter et contraindre 2. Organiser la société commerciale à partir du projet d’entreprise plutôt qu’à partir du profit 3. Pour un contrôle indépendant, financier et extra-financier, des entreprises 4. Intégrer les impacts environnementaux et sociaux des entreprises dans l’analyse financière et dans l’investissement 5. Valoriser le salariat pour redonner sens à l’entreprise 6. Pour une formation, initiale et continue, à l’éthique 7. Climat : vers une économie européenne à faible intensité carbone 8. Pour un financement volontariste de la transition énergétique 9. Restaurer la fonction première des marchés à terme de matières premières 10. Pour une finance au service de l’économie 11. Mettre fin à certaines dérives des marchés financiers 12. Réguler les fonds de pension pour sauver les retraités européens 13. Désamorcer la guerre numérique et accélérer l’innovation utile 14. Pour une comptabilité sociétale et environnementale 15. Pour une fiscalité déterritorialisée des multinationales 16. Vers des outils de mesure de l’optimisation fiscale 17. Instaurer des taxes globales 18. Pour une taxe européenne, écologique et sociale 19. Réformer la BCE pour sauver la zone euro 20. Pour une économie verte, équitable et pluraliste



Proposition 5


Rémunérer les opérateurs financiers leur juste valeur

Gaël Giraud

Nous proposons que la rémunération variable d’un opérateur financier du front office soit constituée en un capital indexé majoritairement sur les performances de l’ensemble de la banque, pour partie sur celle de la division laquelle appartient l’opérateur, pour partie, enfin, sur les performances de l’individu concerné. Ce capital serait investi dans un compte individualisé, gelé pendant la durée de vie des transactions effectuées par l’opérateur. Tout au long de la durée de vie de ces transactions, ce compte individualisé serait susceptible d’être affecté de minorations (malus) qui dépendraient des éventuelles pertes occasionnées par ses transactions dans les mêmes proportions que ses possibles bonus. Ce malus pourrait in fine affecter la rémunération fixe de l’opérateur.

3 contributions

  Ne tirez plus …

Par Norbert Freeman
Ancien vendeur de produits financiers (sales fixed income)

Il est de bon ton, dans le contexte actuel, de tirer sur les opérateurs de marché – pourquoi pas, cela permet une expression de la vindicte populaire. L’analogie avec une option gratuite n’est pas nouvelle, il est bien évident que les …   Lire la suite

  Pour l’intégration des pertes dans le bonus

Par Philemon
Spécialiste de la mesure et de la gestion des risques de marché et de crédit, en charge de l’ingénierie des risques d’une banque de finance et d’investissement.

L’intégration des pertes réalisées dans la rémunération des opérateurs front office est pertinente. Cette pratique intégrerait directement une dimension risque dans la stratégie individuelle des opérateurs et les conduirait directement …   Lire la suite

  Pour apporter des éléments de réponse N. Freeman

Par Gaël Giraud
Coordinateur et auteur de « 20 propositions pour réformer le capitalisme »

“encore une fois, c’est l’ensemble des stakeholders de l’établissement financier qui profite de cette situation puisque le P&L incrémente la bottom line.”

Certes, en théorie, tous les salariés d’une banque bénéficient du P&L des …   Lire la suite