france   English
Actus du moment

Newsletter
S''inscrire Se désinscrire

Vidéos des 20 propositions
1. Faire de la fonction sociale de l’entreprise une priorité stratégique : inciter et contraindre 2. Organiser la société commerciale à partir du projet d’entreprise plutôt qu’à partir du profit 3. Pour un contrôle indépendant, financier et extra-financier, des entreprises 4. Intégrer les impacts environnementaux et sociaux des entreprises dans l’analyse financière et dans l’investissement 5. Valoriser le salariat pour redonner sens à l’entreprise 6. Pour une formation, initiale et continue, à l’éthique 7. Climat : vers une économie européenne à faible intensité carbone 8. Pour un financement volontariste de la transition énergétique 9. Restaurer la fonction première des marchés à terme de matières premières 10. Pour une finance au service de l’économie 11. Mettre fin à certaines dérives des marchés financiers 12. Réguler les fonds de pension pour sauver les retraités européens 13. Désamorcer la guerre numérique et accélérer l’innovation utile 14. Pour une comptabilité sociétale et environnementale 15. Pour une fiscalité déterritorialisée des multinationales 16. Vers des outils de mesure de l’optimisation fiscale 17. Instaurer des taxes globales 18. Pour une taxe européenne, écologique et sociale 19. Réformer la BCE pour sauver la zone euro 20. Pour une économie verte, équitable et pluraliste





Contribution gnrale sur l'ouvrage

Réformer le capitalisme ou changer les façons de penser, agir et vivre ensemble ?

Par Jean-Claude Deveze

Ingénieur Agronome, a dirigé l’ouvrage collectif “Défis Agricoles africains”, secrétaire de deux associations : inter-réseaux développement rural, démocratie&spiritualité


La réforme du capitalisme n’ira pas sans un changement dans les façons de penser, d’agir et de vivre, la fois personnellement et collectivement (d’où l’importance des interactions entre transformations personnelles et sociales). De nombreux mouvements travaillent dans ce sens en France et dans le monde.

La difficulté de la période actuelle est de relier les efforts d’associations et d’organisations qui ont chacune leurs priorités et leurs “fidèles”, de favoriser les expérimentations sociales et leur valorisation, de faire le lien entre responsables politiques, associatifs, entrepreneurs, scientifiques, penseurs et citoyens de bonne volonté.

Ces mouvements ont besoin d’une réflexion plus approfondie sur la façon d’accompagner le changement de paradigme, avec le passage d’un capitalisme autocentré, la fois nomade, versatile et violent pour pouvoir profiter de toute opportunité, vers un capitalisme éthique compatible avec un développement durable et équitable, favorisant l’autonomie et l’innovation de ceux qui cherchent améliorer le bien être et le mieux être autour d’eux.