france   English
Actus du moment

Newsletter
S''inscrire Se désinscrire

Vidéos des 20 propositions
1. Faire de la fonction sociale de l’entreprise une priorité stratégique : inciter et contraindre 2. Organiser la société commerciale à partir du projet d’entreprise plutôt qu’à partir du profit 3. Pour un contrôle indépendant, financier et extra-financier, des entreprises 4. Intégrer les impacts environnementaux et sociaux des entreprises dans l’analyse financière et dans l’investissement 5. Valoriser le salariat pour redonner sens à l’entreprise 6. Pour une formation, initiale et continue, à l’éthique 7. Climat : vers une économie européenne à faible intensité carbone 8. Pour un financement volontariste de la transition énergétique 9. Restaurer la fonction première des marchés à terme de matières premières 10. Pour une finance au service de l’économie 11. Mettre fin à certaines dérives des marchés financiers 12. Réguler les fonds de pension pour sauver les retraités européens 13. Désamorcer la guerre numérique et accélérer l’innovation utile 14. Pour une comptabilité sociétale et environnementale 15. Pour une fiscalité déterritorialisée des multinationales 16. Vers des outils de mesure de l’optimisation fiscale 17. Instaurer des taxes globales 18. Pour une taxe européenne, écologique et sociale 19. Réformer la BCE pour sauver la zone euro 20. Pour une économie verte, équitable et pluraliste





Contribution gnrale sur l'ouvrage

Pour l’avènement d’une finance responsable dans le cadre d’une société plus solidaire

Par Elyès Jouini

Professeur des universités, Membre de l’Institut Universitaire de France, Vice-président de l’Université Paris-Dauphine en charge de la recherche


Si je me limite mon domaine premier d’activité, c’est- -dire l’enseignement et la recherche, j’adhère totalement aux propositions qui sont faites en matière de formation des analystes et des opérateurs financiers (Proposition 6). Elle ne saurait se limiter une formation quantitative et se doit d’être complétée par une formation économique, éthique…
Les acteurs de marchés se doivent de maîtriser les modèles au sens premier du terme : c’est- -dire en connaître les rouages et les limites. Leur formation doit leur permettre d’être en mesure de développer ces modèles tout en gardant cette part de doute et de distance qui a peut-être manqué par le passé.

En revanche, les propositions faites pour « mettre les mathématiques financières au service du réel » (Proposition 10) me semblent trop dogmatiques. Je ne pense pas que la question soit celle de la prescription d’un type particulier de modèle ou d’approche mais plutôt celle de l’usage des modèles quelle que soit leur origine. De ce point de vue, la Proposition 10 me semble presque en opposition avec la Proposition 6 bien qu’elles soient toutes deux du même auteur. Ces deux points demeurent cependant mineurs par rapport l’ensemble de l’ouvrage (2 propositions sur 20) et ils le sont effectivement dans la genèse de la crise actuelle. Celle-ci prend en effet ses racines dans des aspects beaucoup plus fondamentaux du fonctionnement des marchés : organisation et finalité des marchés, motivation des acteurs, régulation, contrôle des risques, règles comptables, rôle des banques centrales…

Autant de questions abordées dans cet ouvrage de manière claire et rigoureuse. Les auteurs n’hésitent pas traiter de questions complexes comme celles liées aux critères mathématiques de mesure des risques tout en faisant preuve d’une très grande pédagogie afin de permettre tous les lecteurs (et en particulier aux lecteurs non mathématiciens) de prendre toute la mesure des enjeux du débat. Rien que pour cette raison, cet ouvrage mérite d’être salué car il évite la facilité du survol et prend le risque du discours d’expert et donc de la contradiction.

La motivation des auteurs est celle de l’avènement d’une finance responsable dans le cadre d’une société plus solidaire. Leur credo semble être qu’un tel objectif est atteignable par un rééquilibrage du système capitaliste et ils esquissent les voies d’un tel rééquilibrage. Cette démarche pragmatique, rigoureuse et courageuse fera très probablement de ce livre un ouvrage de référence.